Interview JDR: le compositeur Michael Ghelfi

Michael Ghelfi, compose depuis 2011 des ambiances, des musiques pour peupler les aventures rôlistiques. Il nous crée de véritables sonothèques par thématique de genre (Steampunk, horreur contemporaine, héroïque, médiévale, orchestrale, dark fantasy,…). Très impliqué avec sa communauté en ligne il compte plus de 14000 abonnées rien que sur YouTube.

Interview rôliste : Michael Ghelfi

Michael Ghelfi, nous sommes tous des passionnés de bande-son à la Chronique JdR. Tu as bien voulu répondre à nos questions entre deux compositions, on en profite… C’est parti :

Pour toi, le jeu de rôle sans bande-son c’est l’équivalent du cinéma muet ?

Salutations à vous ! Vous commencez fort avec votre première question ! Ma réponse est non, le cinéma muet, bien que très charmant, s’est quand même fait remplacer par le cinéma sonore. On préférera regarder un mauvais film sonore qu’un bon film muet.

Pour le jeu de rôle, le son n’est pas une nécessité, c’est un outil d’immersion qui doit être correctement implémenté sans quoi il fait l’effet inverse. On préférera participer à une session où il n’y a pas de musique / sons d’ambiance, qu’une session où le son est mal géré et dérange le jeu.

Quel chemin a amené à devenir compositeur pour ambiance rôlistique ?

C’est justement en réponse à un problème de qualité de son que j’ai décidé de composer des ambiances en plus de la musique. Je suis aussi maître de jeu pour D&D depuis 5 ans, poste que je prends très au sérieux (plusieurs livres à paraître cette année en relation avec D&D : campagne, scénarios, aides de jeu et livre de règles supplémentaires). J’ai essayé plusieurs fois d’utiliser des sons trouvés çà et là, faits par des bonnes âmes et partagées sur internet, mais le côté amateur des créations faisait plus de mal que de bien à mes sessions, j’ai donc décidé de créer les miennes.

Au début, c’était uniquement pour mes parties, mais mes joueurs ont beaucoup apprécié et m’ont recommandé de les mettre sur ma chaîne (qui avait alors 8’000 abonnés). J’ai longtemps hésité, car je ne faisais que de la musique, mais finalement je les ai partagées et cela a créé une superbe dynamique, si bien qu’à l’heure où je vous parle j’ai plus de 150 ambiances qui sont créées.

Le jdr Knight, les Ombres d’Esteren, Mechatron (free league) ont fait appel à des compositeurs pour compléter l’immersion en jeu, des collaborations envisageables avec des éditeurs US/FR ?

Ce n’est pas seulement envisageable, mais c’est déjà en cours ! Je ne peux pas vous donner de détails, mais je suis sur deux projets, un allemand et un français. Je reste cependant extrêmement intéressé à trouver davantage de projets de JdR sur lesquels travailler. Participer au développement du JdR (au sens large) est une tâche à laquelle je travaille constamment.

En réécoutant vos premières bandes-son dédiées au jeu de rôle, qu’est-ce qu’elles vous évoquent ?

C’est amusant, car c’est diamétralement opposé à ce que mes premiers morceaux de musique m’évoquent. Mes premières compositions musicales ont très mal vieilli, je les ai laissées sur ma chaîne pour que les compositeurs en herbe se disent “Ah ok, il est parti de ça… Moi aussi je peux le faire donc!”.

Par contre mes premières ambiances (Mysterious Jungle, Windy Desert, …) sont toujours d’actualité et sont de loin parmi les préférées de mes abonnés. La raison étant que je n’ai pas changé de philosophie ni de méthodologie depuis le début, afin de garantir aux MJ une expérience comparable, quelle que soit l’ambiance choisie.

Quels sont vos outils physiques ou numériques de tous les jours pour composer et enregistrer vos musiques?

J’utilise de nombreux outils, dans lesquels j’ai investi peu à peu au cours des ans. J’ai changé plusieurs fois de matériel pour monter en gamme et en qualité, et qui me permet d’avoir maintenant un rendu de qualité.
Je travaille principalement sur Cubase, qui est le logiciel maître. J’incorpore dedans 3 To de banques de sons de centaines d’instruments de nombreux fournisseurs (mes préférés étant Composer X Cloud, Spitfire Audio et Eduardo Tarilonte, je les recommande à ceux qui voudraient s’y mettre). Le tout est joué avec un clavier Midi 61 Axiom Pro.
Les calculs sont faits par ma carte son externe Universal Audio Twin, dans laquelle je branche aussi mes guitares, micros et basses. Le tout sort sur des enceintes de mastering Yamaha.

Pour la création d’ambiances, j’utilise aussi des banques de sons que j’ai achetées, des sons que j’enregistre moi-même ou ce que je peux trouver sur internet en CC0.

John William, Basil Poledouris, Danny Elfman, Bear McCreary, Howard Shore ont souvent composé nos films préférés et sonorisé nos parties de jeu de rôles. Pour toi quels sont les compositeurs avec qui compter ceux qui donnent du relief aux rêves ludiques ?

Voici déjà de très bonnes propositions ! Basil Poledouris est l’un de mes préférés (Conan le Barbare!), mais je citerai aussi Jeremy Soule, toute sa discographie est exceptionnelle. Il y a aussi Paul Anthony Romero, ma plus grande source d’inspiration pour ma musique, un génie de l’orchestration que je ne parviendrai jamais à égaler. Je citerai aussi Adrian Von Ziegler, l’un de mes meilleurs amis et la référence sur YouTube pour les sons celtiques.

Qu’est ce que le partage sur les réseaux sociaux et la communauté en ligne amène dans votre travail de créatif ?

Pour moi c’est la seule raison pour laquelle je compose de la musique. Sachant que je mets tout disponible gratuitement sur ma chaîne, s’il n’y avait personne pour l’écouter je ne le ferais pas.

Mais aussi, j’ai la chance d’avoir une communauté extrêmement soudée et participative. Je fais voter mes abonnés sur les prochaines ambiances qu’ils voudraient entendre, et le taux de participation est presque meilleur que pour les présidentielles (lol). Aussi je n’ai même pas besoin de réfléchir à de nouvelles idées d’ambiances, j’attends simplement que mes abonnés m’en proposent. Ils sont à l’origine des meilleures idées jusqu’à maintenant. 🙂

En troisième lieu, j’ai créé une communauté d’auteurs / écrivains amateurs ou avancés, venant de ma chaîne, réunis sur un serveur Discord. Ils me proposent des textes qui accompagnent les ambiances (postés dans les commentaires des vidéos), afin de proposer des amorces de scénario pour les MJ ou des aides à la créativité. Ils sont extrêmement doués et ça apporte une vraie plus-value à l’expérience que vous retirez de mes sons. On est une vingtaine, et on recrute!

Est-ce que c’est simple de rentrer dans de nouvelles ambiances d’univers, dans la vision, la tonalité d’auteurs et de la traduire en musique ?

Ce sera différent pour chaque compositeur, mais pour moi ça dépend de la personne qui me décrit l’univers. Il m’est arrivé les deux cas de figures :

1 ) L’auteur / directeur artistique a déjà bossé avec des créatifs et décrit avec des mots simples l’ambiance et le style qu’il souhaite, en proposant des références concrètes sur lesquelles s’appuyer. Il connaît aussi parfaitement son projet et sait répondre par oui ou par non. Dans ce cas, c’est assez facile et agréable de travailler pour le projet et d’offrir un résultat de qualité.

2) L’auteur vous parle durant deux heures de son projet, qui est un mix entre la profondeur de l’oeuvre de Tolkien, l’ambiance unique et déroutante de Cthulhu et la facilité d’accès de Harry Potter. Son explication porte à la fois sur le peu qu’il a écrit, où il voit son projet dans 5 ans (habituellement, une adaptation au cinéma) et le personnage principal (son alter-ego augmenté). Pour ce qui est des explications traductibles en musique, c’est le désert. Les références musicales données sont des grands classiques, très différentes entre elles et contradictoires. Un enfer.

Jouons un jeu, si Donjon et Dragon, Cthulhu, Vampire, Pendragon, était des genres musicaux et des instruments de musique quels seraient-ils ?

Et bien ça dépend vraiment du MJ! Mais selon moi, en termes génériques :
D&D serait un cor français, car c’est épique et tonitruant. Pour le genre, on serait dans de l’orchestral à la Basil Poledouris.
Cthulhu, si c’était de la musique, personne ne l’écouterait. Qui veut perdre la raison ? En termes d’instrument, ce serait simplement une personne qui frotte ses ongles contre un tableau noir, pendant des heures !
Concernant Vampire, dès que je pense à ces suceurs de sang, je m’imagine un clavecin.
Et Pendragon… une cornemuse ?

Chaque compositeur a une patte et des influences qui lui sont propres. Quelles sont les tiennes ?

Jason Hayes (World of Warcraft), Paul Anthony Romero, Jeremy Soule, Matt Uelmen (Diablo II) et Wagner.

Est-ce que tu joues systématiquement aux jeux de rôles dont tu as réalisé les environnements sonores ?

Je pourrai vous répondre quand les projets auront abouti (heureusement c’est pas sur moi qu’ils attendent :)), mais la réponse sera oui, et je compte bien les tester en live sur ma deuxième chaîne (La Tour du Mage).

Le temps est relatif, mais combien de temps te prend une musique de 3 minutes à composer, réaliser, encoder ?

Ca dépend principalement du projet. Quand je compose pour moi une musique orchestrale, c’est une adaptation sonore de l’univers fantastique que je développe. Ma dernière création en date “Arédars, Gods Among Gods” , m’a pris plus de 30 heures à faire, car j’ai testé plein de nouveaux procédés et de techniques de composition. Habituellement c’est une vingtaine d’heures de travail, dont 95% de composition. L’encodage prend moins de 5 minutes. Mettre la vidéo en ligne prend au moins deux heures, en plus des 30.

Cette interview avec Michael Ghelfi se prolongeant pour notre plus grand plaisir, nous retrouverons la suite dans un deuxième article pour en découvrir plus sur le compositeur et l’auteur aux mille talents… 

D’ici là, retrouvez les compositions et ambiances de Michael Ghelfi sur son site (n’hésitez pas à le soutenir en achetant un album à l’occasion) ou sur sa chaine YouTube. 
https://michaelghelfi.bandcamp.com/ https://www.youtube.com/user/MichaelGhelfi

PS: Retrouvez toutes nos interviews JDR dans la nouvelle rubrique dédiée
Je vous mettrais le lien pour la deuxième partie de l’interview avec Michael Ghelfi ici dans quelques jours et on chuchote dans les couloirs de la rédaction qu’on aura peut-être un jeu-concours à cette occasion… 
Lien vers la suite de l’interview c’est ici et on vous à dégoter des clés d’album à gagner …

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer