Interview jdr : Les chroniques de l’Ombre

Les chroniques de l’ombre est un projet de jdr dark fantasy et de distorsion temporelle. Il est porté par une équipe motivée qui joue depuis plus de 15 ans ensemble… Le lycée est loin et ils ont mis leurs points de compétences à profit pour combiner leurs talents dans ce jeu très prometteur. Le kit de démo est une tuerie, bien écrit, graphiquement au top et illustré avec la manière…

Interview JDR : Chroniques de l'Ombre

Bonjour à toute l’équipe d’Avalons Edition. Vous êtes une bande hétéroclite (auteurs/illustrateurs/designers, catcheurs, testeurs, relecteurs…). Vous sortez votre projet au milieu de la bataille sanglante d’octobre/novembre (15  projets jdrs à financer en même temps …). La concurrence est rude et talentueuse, vous êtes des challengers. Nos chroniqueurs en voyant “pop” l’annonce ulule étaient perplexes. Ensuite ils ont regardé le teaser qui envoie du lourd… et puis après la lecture du kit de démo ils étaient convaincus. Votre JDR c’est un projet solide et il amène des concepts novateurs. On va racler les fonds de tiroirs pour participer au financement du projet. En attendant, on a centralisé les questions de la communauté Geek Powa :

L'équipe Avalon Édition au grand complet pour le passage du 100%

Avalons Edition né avec votre projet JDR, vous pouvez présenter rapidement le cap de la maison d’édition?

Fred​ (Auteur/Éditeur) : Bonjour ! Et un grand merci pour votre interview. Nous utilisons présentement notre projet des Chroniques de l’Ombre comme point de départ pour Avalon Édition. Cela nous permet de montrer au monde la qualité de nos savoir-faire et de prendre notre pied avec un jeu qui nous tient à coeur depuis longtemps. À postériori, Avalon Edition continuera ses publications dans cet univers. Nous allons par exemple voir pour lancer un bundle sur Ulule (jeu de cartes accompagnant le jeu, livret de prétirés/fiche de perso et écran du Conteur) lors de  l’envoi postal du jeu (octobre 2020). Mais nous avons aussi dans le four en préparation des jeux dans d’autres formats (jeux de plateau) qui prendront racine dans les genres que nous affectionnons : les Contes, la Fantasy, la SF, avec toujours un petit côté Dark…

Vous pouvez résumer les chroniques de l’ombre en deux lignes ?

Les chroniques de l’Ombre, c’est une grande campagne de 10 quêtes ET un univers dans un livre. Facile à prendre en main, bien illustré, tout en couleur. Un beau livre mélangeant les genres : on  voyage dans le temps épée à la main combattre robots et monstruosités.

Racontez-nous un peu l’origine des chroniques de l’ombre, quelques anecdotes sur les premières années ?

En fait on ne s’est mis à jouer aux autres jeux de rôles déjà existants que sur le tard (Vampire la mascarade, Z-corps, Polaris, Wushu,…) et nous avons passé notre temps à rajouter des surcouches à notre propre univers, plus inspiré de la littérature que des autres jeux. Ce qui explique pourquoi nous avons un angle d’approche un peu différent (système de jeu simple / narration importante) Et tout ça a commencé dans l’obscurité d’une salle informatique remplie de câbles, d’écrans, et de sons de machines… Pour l’anecdote, un des joueurs a fait tomber une des lunes de Mohaat sur un autre joueur, on avait un peu une tendance de GrosBills que nous avons corrigée depuis. On a juste gardé le côté épique.

Illustré par Thomas Dumey

Visuellement, la pâte graphique de Thomas Dumey donne immédiatement envie de rentrer dans l’univers de jeu. Quand vous jouez avec lui à la table, ça fait quel effet de voir les descriptions des parties prendre forme ?  

En fait, au fur et à mesure des parties le talent de Thomas s’est tellement développé qu’il nous illustrait les parties en live  !  C’était vraiment drôle (surtout pour les moments cocasses) et très motivant pour lui comme pour les joueurs. Mais aujourd’hui en réalité, c’est une concertation lors des moments de création : les environnements sont discutés, retravaillés. C’est un dialogue aussi, l’image transforme autant les descriptions que les descriptions transforment les images. C’est un processus créatif en collaboration.

Illustré par Thomas Dumey

Votre livre de base, c’est un livre univers contenant tout le nécessaire pour jouer ?

Oui, il décrit une grande histoire en 10 quêtes, les différentes espèces jouables de Mohaat, les différentes classes (Maîtrises), la création de personnages, le système de jeu, la faune, la flore, et bien d’autres choses. Il manque juste les dés et les crayons à papier pour commencer à jouer !

Vous avez choisi un système de jeu qui segmente par tranche de 30 minutes le fil narratif, pourquoi ce choix ?  

L’intérêt principal réside dans le fait de pouvoir tenir le temps d’une partie pour les joueurs qui sont pressés par le temps. Nous pensons que c’est un avantage de pouvoir dire à ses joueurs : “Bon cette partie on peut la plier en 1h30/2h/3h”, et de s’y tenir ! Mais ce n’est pas limitatif, les quêtes sont denses et permettent de les jouer en 4 ou 5 heures (ou plus) si on explore tout et qu’on se laisse porter par l’univers. (Personnellement on pousse parfois jusqu’à 7h d’affilé en faisant de l’impro) C’est aussi pour nous le moyen de caler des “cinématiques” les évènements, qui sont des goulots narratifs épiques qui recentrent sur le jeu et apportent la suite de l’histoire (le tout enrobé d’une belle grosse illustration).

Illustration Thomas Dumey

Chacun à sa définition du JDR, qu’elle est la vôtre ? 

En ce qui me concerne, le but c’est raconter des histoires, c’est le conte. Le papi au coin du feu qui lit une histoire à ses petits enfants. C’est de se laisser happer, comme la littérature ou le cinéma. Sauf qu’avec l’interaction des joueurs qu’apporte le JDR c’est beaucoup plus drôle. Et du coup j’ai beaucoup de mal avec les systèmes de règle trop denses qui pour moi desservent cette cause.

Quand vous travaillez sur le projet, vous écoutez quel genre de musique ?  

Pas mal de playlistes synthwave et epic score SF sur youtube. L’album Léviathan de Alt 236 qui passe au moins une fois par partie. Du classique aussi, comme Gabriel Fauré avant d’enchainer sur Gustav Holst, Paul Lewis ou du John Williams ! 

Illustration Thomas Dumey

Paradoxe temporel ou bifurcation quantique? Quelles fictions vous inspirent sur le sujet ?  

La boucle paradoxale : l’ouroboros ! On raffole des histoires de voyage dans le temps, pour les films : “FAQ about time travel”, “predestination”, “primer”, “l’effet papillon”, “donnie darko”, “l’armée des douze singes”…. En série, doctor who, Dark, 11/22/63 … en livre, HG Wells bien sur,  Asimov… en jeux vidéos, le somptueux Chrono Trigger et le délirant Day of the Tentacle !

Des parties de tests bientôt dans des conventions ou sur Roll20 ?  

Nous ferons des parties de test dans l’année, et nous misons beaucoup sur la constitution d’un forum de relecture critique (la salle des machines) que nous allons ouvrir en même temps que le site web début décembre. Mais pas de dates pour le moment.

Illustration Thomas Dumey

On vous laisse le mot ou la citation de la fin …

Que le Grand Oeil soit avec nous !
Qu’il nous protège et nous garde des ombres. Que ses larmes nous abreuvent encore aujourd’hui et demain avant que ne vienne le jour du Grand Washin !

Vous pouvez retrouvez plus d’info sur les chroniques de l’Ombre sur la page du financement participatif qui clôturera le 15 novembre à 23h59 ! On souhaite une grande réussite à cette nouvelle équipe qui a montré un kit de démo incroyable (belle maquette, texte inspirés et les illustrations nombreuses et inspirantes ! 
Bon et comme on sait que du coup, vous aussi vous voulez voir le kit de démo je vous met le lien de téléchargement juste en dessous. 

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer