10 conseils pour maîtriser en convention !

Pour les habitués des conventions de jeu de rôle, on sait que maîtriser une partie dans ce genre d’environnement est plus compliqué que la partie du jeudi soir chez soi avec les potes ou en asso quand on est habitués à ses joueurs. Alors voici 10 conseils pour maîtriser votre partie lors d’une convention :

1. Ta partie, tu prépareras un minimum

Choisissez votre aventure en fonction du temps que vous allez avoir, préparez des prétirés si le temps imparti ne vous permet pas de faire une créa de perso (au mieux, laissez-leur 10-20 minutes pour peaufiner des aspects simples genre avantages/handicaps, héquiistorique), prévoyez des pauses café/wc, jaugez bien le temps de combat et de roleplay pour que votre partie ne soit pas qu’un long exercice de lancer de dés.

2. Ton matos, tu vérifieras

Vérifiez que vous avez bien tout dans votre sac de jeu :

  • livre de règles et suppléments + scénario
  • feuilles de perso ou prétirés
  • des dés (oui oui ça peut aider) adaptés et prévoyez-en pour vos joueurs qui ne viennent pas forcément en conv’ avec leurs dés
  • des crayons de bois en masse
  • musique et lecteur cd/mp3 si c’est nécessaire (+ enceintes)
  • aides de jeu (on adooooore les indices et cartes)
  • de la boisson parce que parler pendant 4 heures ça donne soif et une boîte de bonbons collective
  • des p’tits cartons pour que les joueurs mettent leur prénom et le nom de leur perso devant eux

conseil1

3. Tes joueurs, tu sauras équiper en vitesse

Vous connaissez sans doute tous l’angoisse du “j’ai quoi comme sorts ?” ou “je peux acheter quoi comme armes ?”. Le mieux est de se sortir une petite liste des armes et sorts ou pouvoirs autorisés pour votre aventure. Et ne les laissez pas triturer votre bouquin de règles avec leurs doigts pleins de café car, de une, votre bouquin sera crade (et on sait que c’est votre préciiiiieux), de deux, ça prendra des plombes, de trois, y en a forcément qui prendront le pouvoir cheaté qui résoud le scénar’ en 2 minutes.

4. Preuve d’équité, tu feras

Rien de plus frustrant pour un PJ que d’attendre des dizaines de minutes que le MJ ait terminé son interaction avec un autre joueur alors prévoyez des phases de roleplay assez courtes et essayez au maximum de ne pas séparer le groupe pour privilégier le roleplay collectif. L’idéal, c’est qu’il n’y ait pas de joueur en retrait et que chacun puisse “briller” à un moment ou à un autre, faire une action héroïque, négocier brillamment avec un marchand d’esclaves, réussir le tir parfait (headshot !).

conseil4

5. Le système de jeu, tu rendras accessible

Beaucoup de jeux de rôles utilisent des systèmes assez complexes (surtout s’ils datent un peu) alors le mieux est de prévoir une petite fiche (genre demi A4) récapitulative pour les joueurs si vous avez le temps. Ca évitera qu’ils vous demandent comment on fait une action ou un jet d’opposition toutes les 5 minutes et ça rendra la partie plus fluide. Si c’est vraiment tactique, n’hésitez pas non plus à prévoir des figurines à poser sur une carte aide de jeu ou des plaques de terrain pour figs, même si c’est les pions des p’tits chevaux on s’en fout c’est juste pour que ce soit plus visuel !

6. Des noobs, tu sauras t’occuper

Les conventions sont aussi l’occasion de faire découvrir le jeu de rôle à des curieux qui en ont entendu parler mais n’ont jamais joué. Et ceux-là choisiront leur table sur le pitch du jeu en général, et pas en fonction de sa difficulté donc armez-vous de patience, ne les reléguez pas dans un coin parce qu’ils n’osent pas roleplayer, au contraire donnez-leur des choix à résoudre, faites-les interagir avec la table et expliquez 10 fois s’il le faut qu’il ne peut pas utiliser Force avec Alchimie 🙂

7. Les mômes, tu sauras gérer

Même s’il est rare qu’on emmène son gamin de 5 ans sur une table de jdr, il arrive souvent qu’on ait des ados de 12 à 17 ans avec leurs parents. Soit le jeune est seul, sans ses parents, à votre table et là, vous avez 2 choix : si vous faites jouer Kult ou jeu trop sombre, bien sûr vous ne l’acceptez pas à la table, de base, sinon vous essayez de limiter un peu (mais pas trop pour les autres joueurs) les descriptions gore goresques, les scènes “hot” et les vannes crades. Si le parent joue aussi, c’est galère mais gérable, faut juste essayer de pas lui faire peur (oui je sais c’est dur).

kid_winter_wallpaper_1920x10801

8. Le conflit, tu éviteras

Y a pas de raison mais comme on ne sait jamais qui on va avoir à table, voilà quelques situations à prévoir pour savoir les gérer :

  • le joueur qui maîtrise ou connaît par coeur l’univers du jeu que vous maîtrisez
  • les 2 copains qui vont se mettre systématiquement sur la tronche pour essayer de “gagner” solo
  • le type un peu bizarre dont toutes les phrases commencent par “alors je lui coupe d’abord une oreille pour voir s’il parle”
  • l’optimisateur fou qu’il faut vite calmer parce qu’il ne peut pas être beau, fort, intelligent et avoir le plus gros flingue
  • les jaloux qui vont toujours penser qu’on fait plus jouer les autres qu’eux
  • les paranos obsédés par les maîtres du jeu qui trichent (le mieux est alors de faire les jets devant l’écran et pas derrière)
  • les fans de ciné qui essaient tout le temps de deviner la fin du scénar’ (“et là on se réveille je suppose ?”), le genre de mec qui se demande encore si DiCaprio est bien revenu dans le monde réel à la fin d’Inception

Bon courage :))

9. Des PNJ et monstres de secours, tu prévoiras

FireDragonD’accord, ça va vous prendre du temps en plus et vous avez déjà passé 10 heures à préparer votre scénar’ mais pensez à quelques PNJ dans chaque endroit où les joueurs doivent aller va vous gagner du temps en partie, idem pour les montres. Préparez plusieurs niveaux de difficulté sur les montres et si vous voyez qu’ils galèrent à tuer votre boss niveau 2, ne leur mettez pas un dragon d’airain derrière, à part tous les tuer ou jouer une scène de combat finale de 2 heures, ça ne sera que frustrant. Sans compter que prévoir la p’tite nuée de bestioles à buter quand les joueurs commencent à s’endormir ou à être trop confiants, c’est mieux 🙂 De même, si vous voyez que la partie est tendue côté ambiance, un PNJ plus humoristique peut être utile pour détendre tout le monde.

10. Légendaire, ta partie sera

Si vous avez accepté de maîtriser pour rendre service à la convention, cela ne vous empêche pas de faire le maximum pour que vos joueurs en conservent un souvenir inoubliable. Au contraire, vous avez l’occasion de maîtriser face à de parfaits inconnus que vous ne reverrez pas de sitôt alors lâchez-vous ! Faites toutes les voix bizarres que vous voulez, changez votre scénar’ en plein milieu suite à une action inattendue d’un joueur, faites-leur sentir l’imminence de la mort ou de la réussite, mettez-leur des cliffhangers en plein milieu d’un combat avec une pause pendant laquelle ils discuteront stratégie, mettez leur personnage en valeur, bref votre partie sera la meilleure de leur vie et peut-être de la vôtre !

6-Secret-Awesome-Things-Nerds-Know-About-Playing-Table-Top-Role-Playing-Games

En espérant que ces conseils vous seront utiles, passez de super moments et d’ailleurs, j’vous ai dit qu’il y avait une convention de jeu de rôle en Vendée le weekend prochain ? (non, non, j’insiste pas du tout lourdement :D)

Laisser un commentaire