Microsoft plaide pour une convention de Genève du numérique

La firme de Redmond veut que les géants du numérique se mettent d’accord sur une Conversion Numérique du Digital. L’administration Trump n’étant pas crédible pour les acteurs du secteur digital, les corporations s’organisent…

Une démarche pour une non-prolifération des cyberarmes

Microsoft pense qu’il est temps pour la Silicon Valley d’intervenir et de protéger les utilisateurs contre une menace croissante dans le monde numérique: les attaques parrainées par des États.

un monde en paix (numérique)Le président de Microsoft et directeur juridique Brad Smith, lors de la conférence RSA axée sur la sécurité à San Francisco cette semaine, a fait un appel pour les entreprises de technologie et les gouvernements à convenir d’une «Convention de Genève du Numérique”.

Cela permettrait d’assurer que les entreprises de high-tech ne lancent  pas des cyberattaques, protègent les utilisateurs contre les attaques de l’État-nation, et d’agir uniquement défensivement.

 Brad Smith : “L’année écoulée, a été témoin non seulement d’une croissance de la cybercriminalité, mais une prolifération de cyberattaques nouvelles et déconcertantes». Ici on pense directement à l’attaque massive de l’internet Américain avant les dernières élections présidentiels qui utilisait une attaque de dénis de service.

Les attaques récentes comprennent le Hack massif de Sony et 2014 par on présume la Corée du Nord, en 2016 le hack électoral , attribué à la Russie, en 2017 les attaques sur le site du candidat Macron par également les Russes. Les attaques sont un problème croissant et la fréquence augmente rapidement.
Presque trois quarts des entreprises du monde attendent d’être piratés chaque année, et les pertes financières de cyberattaques devraient atteindre 3 billions de $ 2020.

Ces accords de Genève du numérique en principe c’est le genre de chose que vous pourriez attendre d’un gouvernement. L’ancien président Obama a expliqué comment lui et d’autres dirigeants du monde étaient en pourparlers avec la Russie pour établir des normes de la cyberguerre, et l’Organisation des Nations Unies a également travaillé sur cette question. Mais il est devenu difficile de savoir si ces efforts se poursuivront sous une administration de Trump. Ainsi, Smith a déclaré que c’est aux entreprises de haute technologie pour prendre ce travail d’hercule.

Smith a également déclaré  «Nous devons faire comprendre qu’il y a certains principes que nous défendons“, “Nous allons aider et protéger les clients partout dans le monde, indépendamment de ce que le gouvernement nous demande de le faire “.

Microsoft a exposé ses attentes dans une proposition en 6 points:

  1. Ne jamais cibler une structure critique des entreprises du numérique
  2. Assister le secteur privé à détecter, contenir, recouvrer des attaques
  3. Rapporter les vulnérabilités plutôt que de les exploiter et les vendre
  4. Exercer une restriction sur les cyberarmes pour qu’elles agissent de manière ciblée et non réutilisable.
  5. S’entendre sur la non-prolifération des cyberarmes
  6. Limiter les opérations offensives pour éviter l’effet de saturation de masse.

le visuel de Microsoft sur les 6 arcs de développement des accords

Si vous lisez l’anglais ou que vous avez la comboe chrome+clic droit traduction je vous met le lien vers l’article de Brad Smith l’un des responsables juridique de chez Microsoft.

 

Fletcher Flower Digital Power 

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer