Interview Jdr : La campagne le Feu sous la Glace (Shaan)

Shaan Renaissance est un jeu SF-fantasie qui prend le parti de dépayser nos rôlistes en leur faisant jouer tout sauf des humains. Le matériel paru jusque là est somptueux et ses auteurs nous proposent une campagne en 3 volets “Le Feu sous la Glace”. On a voulu en savoir plus…

Interview JDR : Igor Polouchine, le Feu sous la Glace

Shaan est un jeu de rôle aux éditions Origames  qui a commencé son aventure dans les années 90 sous la plume et les rêves d’Igor Polouchine. Les joueurs y incarnent les autochtones d’une planète colonisée par des Humains “tombés des étoiles”, les thèmes tournent autour des relations entre les espèces, la libération du joug du colonisateur. La version de jeu actuelle est Shaan Renaissance et date de 2013.
Shaan a su au cours de deux décennies maintenir l’envie et la passion de sa communauté. Il manquait une grande campagne et le financement participatif sur ulule vient à notre rescousse en adaptant 3 ans de campagne du groupe de joueurs/auteurs qui répond au nom de  “groupe du jeudi”…

les visuelles des 3 livres de la campagne le Feu sous la glace

Origames, c’est une structure qui fait beaucoup de jeux de plateau et de la coédition. L’édition d’un jeu de rôles ca représente quoi pour votre structure comparativement à vos autres gammes ?

Igor Polouchine : En fait ça ne représente pas grand-chose (pour l’instant). Si on parle chiffre d’affaire par rapport aux autres activités de la société, on est à un peu moins de 2%. C’est pour cela que ça reste quelque chose que Julien et moi développons en dehors de nos heures de travail…
Mais on a d’autres choses niveau jeu de rôle qui devraient se profiler d’ici 2020.

La grande qualité  de Shaan, qui est parfois son défaut c’est la richesse des possibilités et des ambiances. Avec la campagne Le Feu sous la Glace, vous essayez de “canaliser” l’écosystème héossien ?

Igor Polouchine : Non, pas du tout, en tous cas, il n’y a pas eu cette volonté. Le fait est que cette richesse reste inspirante et permet à chaque meneur de jeu de pouvoir y développer ses propres concepts en fonction de ses centres d’intérêt. Le concept de l’écosystème héossien permet d’intégrer quasiment toutes les aspirations rôlistiques, mais que tout reste cohérent. Je crois que c’est cela qui plaît et qui a permis à la communauté du site de déployer une grosse créativité.

Roll20 est en plein essor, des pistes pour les joueurs 100% numériques ?

Igor Polouchine : On y est déjà en fait, certains membres de la communauté ont développé une fiche de personnage entièrement compatible avec le gestionnaire de lancé de dé qui va bien, à la fois sur Roll20 et sur Rolisteam… Nous avons un générateur de personnage en ligne qui est largement utilisé (plus de 20 000 personnages créés), et la possibilité de lier des personnages à son compte Shaan pour leur attribuer de l’expérience et des richesses afin de les faire évoluer au fil des parties. Nous vendons également toute la gamme Shaan au format PDF, qui connaît un succès auquel on ne s’attendait pas tellement.

La saine pluralité des maisons d’édition et des nouveaux projets JDR qui sortent au rythme de 2-3 par mois en ce moment, ça t’inspire quoi cette concurrence de proposition et de créativité ?

Igor Polouchine : Ça me confirme que nous sommes entrés dans un nouvel âge d’or du JDR. Il suffit de voir le succès et la profusion des boîtes d’initiation pour s’en convaincre. Après, le JDR peine à être rentable lorsque l’on met en regard le nombre de signes, le nombre de visuels et le temps de travail que nécessite la conception et la production d’un livre de base et de ses suppléments. Donc le rêve de tout éditeur reste de se trouver son Graal, sa locomotive qui permettrait de rentabiliser sa branche JDR. Mais des sociétés comme Arkhane Asylum ou Black Book, qui en ont fait leur cœur de métier, ne s’en sortent pas trop mal j’ai l’impression.

Certains JDR récents, Oreste pour ne citer que lui utilise le support audio pour des aides de jeu, des lectures de règle, cela t’inspire quoi ?

Igor Polouchine : C’est un des premiers trucs que l’on a fait pour la renaissance de Shaan il y a plus de 5 ans. Sur le site, dans l’espace création de personnage, chaque race dispose de sa bande-son immersive. Bon ça reste court, mais c’est toujours un plus.

Des plans et des aides de jeu à foison...

Si chacun des trois livres de la campagne devaient avoir une bande-son associée lesquelles tu choisirais ?

Igor Polouchine : Le premier, qui est plus urbain, je verrai bien un truc un peu électro, tantôt planant, tantôt oppressant. Pour le second, dans les montagnes, un truc froid avec des instruments à vent, assez classique et épique. Et pour le dernier, chaud et guerrier, un truc assez barbare à la Basile Poledouris…

Ca vous fait quoi d’être soutenu par un communauté qui est restée fidèle depuis les débuts de Shaan ?

Igor Polouchine : Ben je crois que c’est ça la vraie richesse humaine, ce qui nourrit le Corps, l’Âme et l’Esprit. Les autres nous apportent toujours plus que ce qu’on peut leur donner. Le truc fou, c’est que le fond et la forme se sont rejoints avec le Shaan. La communauté est un grand Shaani auquel chacun donne un bout de soi. Et je reste au même niveau que les autres.tu

Les illustrations sont à tomber, comment se passe la collaboration illustration/auteurs ?

Igor Polouchine :Alors, c’est un grand melting pot de récupération d’anciens visuels avec l’aimable autorisation des illustrateurs d’origine, de mise en couleur par des tiers, de quantité de visuels que j’ai pu faire et qui ont été retravaillés, de créations spontanées.
On a aussi une trentaine de visuels clés qui ont été confiés à des illustrateurs de talents et qui ont su donner vie aux briefs.
Pour la campagne, nous avons monsieur Cliff qui a fait des progrès de dingues en quelques années, Sandra la compagne d’Olivier qui a un talent fou et Olivier qui sait traduire de façon graphique tous les concepts qu’il a en tête et qui peuvent ensuite facilement être retravaillés par d’autres. J’essaye que tout ça reste à peu près cohérent dans l’ensemble, malgré la multiplication des intervenants.

Le titre de la campagne est-il un clin d’oeil à celui du film d’animation de Fire and Ice de Frank  frazetta ?

Igor Polouchine : Non, il s’agit surtout de l’opposition élémentaire entre ces deux éléments qui caractérise bien cette campagne, une force explosive qui gronde sous une épaisse couche de glace qui est sur le point de craquer…

Des anecdotes  croustillantes sur les playtests ou l’écriture en cours à nous dévoiler ?

Igor Polouchine :Cette campagne foisonne de situations cocasses, marquantes, tendues et flippantes, qui découlent de l’originalité des personnages et des lieux sortis de l’esprit d’Olivier Auffrédou. Pendant les parties tests, le jeu entre un personnage orienté sur la Nécrose et deux autres agents plutôt shaanistes a également généré des interactions très intéressantes et des dilemmes moraux vraiment typiques des tables de Shaan. Mais ce qui a caractérisé cette campagne, c’est le lien télépathique qui unit les personnages-joueurs dès le début de la campagne, et qui implique une expérience de jeu vraiment agréable à la table. Ce pouvoir, lié à une Symbiose de Shaani, crée une intimité naturelle au sein du groupe de personnages (ils ont un salon de discussion privé permanent, même en présence d’autres PNJ), une implication de tous les instants (tous les joueurs peuvent intervenir dans une discussion menée par un seul joueur avec d’autres PNJ), et évite toutes les contraintes de gestion de groupe parfois laborieuses (séparation des joueurs dont les personnages sont absents d’une scène, rendez-vous pour se retrouver après s’être séparés, etc.). Et inversement, cela renforce l’effet de panique provoqué par la perte de contact avec un compagnon, tellement cette proximité permanente est forte…

Vous avez prévu dans le KS un “deck” de cartes avec les personnages principaux  ?

Igor Polouchine : Oui, c’est un deck de PNJ qui pourra être utilisé par le MJ à chaque fois que les joueurs  rencontreront un nouveau personnage clé. Le premier livre met en scène une enquête urbaine qui regorge de PNJ liés de près ou de loin à l’intrigue principale. Les cartes vont servir de support à la fois pour matérialiser leur présence autour de la table, faciliter leur mémorisation, et accéder facilement à leurs caractéristiques, présentes au dos de chaque carte. Il est à noter que ce deck de PNJ aléatoires peut aussi s’utiliser dans n’importe quel autre scénario.

A la lecture de Shaan et de ses illustrations, je repense aux romans SF de Jack Vance, c’est une de vos inspirations ? 

Igor Polouchine :  Alors c’est ce que l’on m’a souvent dit, du coup, j’ai lu après quelques livres de Jack Vance pour me faire une idée. Mais non, mon inspiration vient comme je l’ai souvent dit plus de mon expérience en Afrique qui s’est télescopée avec ma nature de Geek, bercé dans mon enfance par les contes russes, puis par la suite, ceux du monde entier. Beaucoup de films ont aussi grandement contribué à me développer un imaginaire débridé. De mes 7 ans à mes 10 ans, j’allais au cinéma toutes les semaines avec ma grande tante russe, je crois que c’est là que tout s’est joué…

Merci Igor, la campagne est déjà un succès, on vous redonne les éléments clés pour les retardataires :

On suivra l’évolution du projet tel le jeune Dragon à qui on a promis sa première pièce d’or…

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer