Fondation, on redécouvre Asimov !

Les vacances ça sert à ça, lire des bons bouquins dans la bagnole en faisant 1600 bornes jusqu’en Ecosse 🙂 et là, Fletch et moi avons relu (et lu pour la première fois en ce qui me concerne) le premier tome du Cycle de Fondation, d’Isaac Asimov.

Tiens, ça parle pas de robots !

Bah oui, pour moi qui n’y connaissait rien, Asimov c’était seulement le type qui avait réfléchi aux lois de la robotique version i-Robot pour que les intelligences artificielles fassent pas de mal aux humains… et bien pas là. Je ne savais même pas si c’était l’un de ces écrivains de SF qui ont des idées géniales mais ne savent pas vraiment écrire, et bien là non plus. Qu’est-ce qu’il écrit bien (enfin en tout cas la traduction française est bien écrite) !

Bon d’accord mais de quoi ça parle ?

Fondation, c’est d’abord la PSYCHOHISTOIRE, discipline ô combien passionnante que l’Encyclopedia Galactica définit ainsi :

“… partant de concepts non mathématiques, Gaal Dornick a défini la psychohistoire comme la branche des mathématiques qui traite des réactions des groupes humains confrontés à des phénomènes socio-économiques constants…”

17t47p1qn6ex8jpg-e1416259442699

Et c’est ainsi que Hari Seldon, le plus grand psychohistorien de tous les temps, va prédire la chute de l’Empire humain, la perte progressive de toutes les connaissances et savoirs, le retour de la barbarie la plus crasse et une période de ténèbres qui durera, selon ses calculs, 30 000 ans. Pas question d’empêcher la chute, elle est inévitable, le grand projet de Seldon consiste à s’assurer que la période de ténèbres ne durera pas 30 000 ans mais seulement 1000 ans grâce à la constitution d’une Fondation scientifique qui publiera les volumes de l’Encyclopédie Galactica.

Et après ?

Après, le projet commence, Fondation est installée sur une planète à la limite de la galaxie et la chute inexorable survient. A chaque grand chapitre, on découvre une période différente et les grands événements socio-économiques qui se succèdent : le temps des psycohistoriens, le temps des encyclopédistes, le temps des maires, le temps des princes marchands. C’est un délice continu de situations extrêmement tendues qui parviennent pourtant à se régler sans conflit majeur avec des trésors de diplomatie ou de dissuasion, sans compter les petites apparitions de Hari Seldon lui-même qui a enregistré plusieurs messages avant de mourir et ce dans une capsule temporelle holographique qui ne s’active qu’à la date déterminée.

Ca se lit vite ?

Oh oui, malheureusement, j’ai mangé le tome 1 entre Inverness et Nottingham et encore, en prenant le temps de savourer et de discuter avec mes copilotes. Le 2nd tome durera encore moins longtemps je le crains, c’est pourquoi je me le garde pour un doux weekend 🙂

Mais y en a combien des tomes ?

  1. Fondation (Folio SF n°335)
  2. Fondation et Empire (Folio SF n°336)
  3. Seconde fondation (Folio SF n°337)
  4. Fondation foudroyée (Folio SF n°338)
  5. Terre et fondation (Folio SF n°339)

cycle fondation asimov folio

Mais encore ?

Bah pour finir, je dirais que cette “psychohistoire” pousse à la réflexion et qu’on est vite tentés, après le 1er tome, de s’essayer à la prédiction de ce que pourrait devenir notre petite communauté de primates d’ici à 2000 ou 20 000 ans. Après, on commence à ressembler à un Vulcain et à considérer froidement qu’il y a trop d’humains sur Terre et qu’à moins de conquérir l’espace, on ne pourra en effet pas tenir longtemps et qu’en plus les corporations vont prendre le pouvoir, et que si on joue à l’avocat du diable, c’est peut-être même pas un mal en soi, bref… on refait pas le monde mais on imagine le futur sous plein d’angles intéressants.

Donc l’intérêt principal de ce livre, c’est qu’il fait bouger tes neurones 🙂

Les fabuleuses prédictions d’Asimov

portrait-asimovFranchement, côté prédictions, j’aurai carrément plus confiance en Isaac Asimov qu’en Paco ou Madame Soleil 🙂 Je viens de tomber sur un article amusant retraçant les prédictions d’Asimov de 1964 concernant l’année 2014 et qui se sont réalisées :

“En 2014, seuls des vaisseaux sans équipage humain auront atterri sur Mars, même si une expédition humaine sera en préparation et une colonie martienne déjà imaginée”. => 4 engins comme Curiosity ont déjà été envoyés sur Mars et plusieurs scénarios ont en effet été imaginés pour installer une colonie (cf. le projet Mars One)

“Les robots ne seront pas très communs ni très performants, mais ils seront bien là”. => Bah juste oui !

“Pour des courtes distances, des “trottoirs roulants” feront leur apparition dans les centre-villes”. => Oui, les tapis roulants dans les aéroports par exemple.

“Des satellites synchronisés, en orbite, rendront possible les appels directs partout sur la planète” => Bah oui c’est sûr 🙂

“Les communications seront à la fois visuelles et auditives. Vous pourrez à la fois voir et entendre la personne à qui vous téléphonez. Les écrans serviront non seulement à communiquer, mais aussi à consulter des documents, lire des livres, regarder des photos” => Skype Power !

“En fait, en 2014, il est fort probable que lors des grandes expositions, des télévisions 3D à taille humaine diffuseront des ballets” => Il parle des séances ciné en 3D à 2€ de plus que la 2D ?

“Beaucoup d’énergie aura été investie pour créer des véhicules avec des ‘robot-brains’ (cerveaux mécanisés)” => Google Car, nous voilà !

Bluffant, nan ?

Y a pas un film ou une pentalogie ?

HBO a annoncé en novembre 2014 qu’ils allaient faire de Fondation une série SF qui serait tournée par Jonathan Nolan (Interstellar) mais pas de nouvelles depuis, snif 🙂 On espère ! Pour moi, ça pourrait être un vrai succès à la Trône de Fer si c’est bien fait 🙂

foundation

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer