Quelques idées pour devenir riche et geek

C’est bien connu, les geeks ont des idées que les autres n’ont pas, moi-même je pourrais vous citer au moins 5 idées qu’on a eu avant que ça devienne des succès (ah si seulement on était un poil plus ambitieux) du genre MonAlbumPhoto et d’autres services. Du coup, si vous êtes geek et que vous avez de l’ambition et de la suite dans les idées, rien ne vous empêche a priori de devenir riche, bon peut-être pas en 24h mais en quelques années sûrement. Quelques conseils !

Comment avoir des idées à millions ?

Bah en faisant de la veille pardi ! Bon “veille” c’est un bien grand mot mais rien qu’en suivant les bons blogs, vous serez au courant de tout ce qui se passe dans votre domaine de passion et tôt ou tard l’idée jaillira !

Deuxio, achetez-vous un carnet à idées qui ne vous quittera plus ! (ou utilisez le bloc-notes de votre smartphone si vous préférez) Et surtout notez dès que vous avez une idée, même si vous l’écartez après 2 minutes de réflexion. C’est la combinaison d’observations du quotidien et de vos connaissances dans votre domaine de prédilection qui vous permettra d’inventer !

Think out of the box ! Ne vous limitez pas à votre environnement et vos schémas de pensée présents, testez des trucs et voyez plus grand. Le Norvégien qui avait acheté 5000 bitcoins en 2009, les avait oubliés et s’est rendu compte qu’aujourd’hui ils valaient plus d’un demi-million d’euros, c’est un type comme vous qui s’est dit “tiens c’est quoi cette nouvelle monnaie ? j’vais en prendre un peu pour tester”. Si ça se trouve, le mec qui a inventé Uber c’est juste parce qu’il arrivait jamais à trouver de taxi!

Enfin, pensez à vous trouver une personne à qui vous faites confiance à 100% (limite votre mère) pour échanger sur votre idée quand vous l’aurez, quelqu’un qui pourra vous poser toutes les questions chiantes, jouera l’avocat du diable et fera avancer votre réflexion, qui pourra tester sans risquer de revendre l’idée derrière votre dos.

J’ai une idée à millions, qu’est-ce que j’en fais ?

C’est là où la donne a vraiment changé depuis quelques années. Avant, tu inventais Facebook dans ta chambre d’étudiant (m’enfin déjà t’étais pas l’étudiant lambda puisque tu pouvais te payer Harvard…) et tu partais à la chasse aux investisseurs et en général, ils arrivaient à t’enfler avant que t’aies touché ton premier million.

Mais maintenant, tu peux avoir l’idée à millions, la développer dans un fablab avec l’aide d’autres passionnés, lancer un crowdfunding et financer une première production avant de fonder ta boîte ou revendre ton produit à une megacorp pour quelques millions !

Je pense que je dois pas être la seule à en rêver, avoir l’idée, la bonne, la développer et la revendre pour vivre heureux jusqu’à la fin de ma vie parce que moi je ne claquerai pas ma thune dans des grosses bagnoles et de la crème anti-rides au caviar 🙂

Et rappelez-vous, les idées les plus “bankables” sont pas forcément les plus compliquées, quand je pense au co… qui a créé Candy Crush ou Farmville, ça a quand même pas l’air d’être du code de haut vol et ça leur a rapporté des millions !

Des outils, il y en a partout et même des gratuits

Votre idée repose sur un site web, une application, un logiciel ? En furetant 2 heures sur le net, vous trouverez forcément un service qui vous propose de coder une appli sans connaître une ligne de code (MakeMeDroid par exemple)  ou de créer votre site web en 5 clics comme avec WordPress. Pour les applis, vous trouverez des solutions gratuites mais c’est l’intégration dans Google Store ou AppStore qui sera payante et puis surtout, une fois que votre appli est dedans, ça sert à rien si vous ne la faites pas connaître par d’autres moyens ! Bref, méfiez-vous de la simplicité ou de la gratuité apparente mais dans l’absolu si vous êtes passionné par ce que vous créez, vous y arriverez sans peine 😉 Enfin, pensez aux réseaux sociaux pour collecter des avis, préparer la réputation de votre future boîte, faire du teasing, c’est gratos et ça peut rapporter gros 😉

Votre idée est plutôt un produit matériel ? Pensez aux fablabs (la carte de tous les fablabs en France) ou aux assos autour de chez vous, ils auront des outils à vous prêter voire même des conseils !

Fablab-charte-small(1)

Des gens futés, il y en a aussi partout

Quand je regarde notre groupe d’amis, je vois tellement qu’on pourrait fonder et diriger une grande entreprise ensemble… sérieux ! On a des développeurs, des ingénieurs, des visionnaires, des commerciaux, des communicants, des référenceurs, des webmarketeux, on pourrait juste diriger le monde en fait (rire sardonique de Big Villain).

Plus sérieusement, les geeks ont en général dans leur entourage un graphiste qui se fait ch… dans son boulot, un autre développeur qui rêve d’être à son compte, un autre intégrateur indépendant qui rêve de bosser sur un seul projet, un commercial qui en a marre de vendre des agrafeuses, bref regardez autour de vous. Il y a certainement plein de gens en qui vous avez déjà confiance qui peuvent vous aider !

Après vous allez me dire, bosser avec des amis c’est chaud et vous pourrez pas les payer en plus. Bah oui, on est d’accord sauf que consacrer un samedi aprèm par semaine à un projet commun en établissant bien au début que si ça marche, ils reçoivent tous 1% du pactole (ou plus), ça a pas de raison de pas marcher, au contraire !

Quelques débouchés pour vos idées de génie

Le crowdfunding, comme je disais, peut surtout vous permettre de tester votre idée/produit sur la communauté, après tout si vous n’arrivez pas à convaincre les utilisateurs finaux, y a peu de chances que ce soit un succès : Kickstarter, Ulule, Kisskissbankbank, il y a le choix. Mon conseil : étudiez les communautés des différentes et les projets qui ont tout déchiré pour voir si votre produit/idée a des chances de plaire, et n’oubliez pas de regarder les commissions des plateformes (c’est pas des philanthropes non plus).

Les sites à éviter, enfin où faire gaffe en tout cas : un exemple récent c’est Thinkgeek (boutique de trucs geeks américaine en ligne) qui propose de vous aider à lancer votre produit si l’idée plaît à ses employés. Vous allez même recevoir une avance de 1000 dollars et ils ne vous demandent pas d’être ingénieur ou d’avoir des compétences particulières… OUI MAIS ! Lorsque votre produit sera enfin commercialisé, ThinkGeek empochera 90% du prix de vente pour ne vous reverser que 10% jusqu’à un million de dollars et 5% au-delà… En plus, les p’tites lignes en bas du contrat disent qu’ils peuvent décider seuls du nom du produit, de son prix et même de son design et de beaucoup d’autres trucs. Bref, moi je dis à éviter sauf si c’est juste un truc fun genre vous avez inventé le “bac à glaçons étoile de la mort” (et encore, c’est une licence donc problèmes).

big-piano

Protéger son idée de génie

Bienvenue en France où la législation a toujours 10 ans de retard sur les besoins de la société, et c’est pareil en matière de protection des idées à l’heure où tout le monde peut devenir inventeur dans le fablab le plus proche, bref. En France, on ne peut pas protéger une idée ou un concept, eh oui. La seule chose qu’on peut protéger c’est l’application matérielle qui en est faite, ex : j’ai eu l’idée du pain grillé mais je ne peux protéger que le grille-pain, pas l’idée. A partir de là, vous pouvez déposer un brevet, ou un dessin/modèle ou encore une marque de fabrique…

Ayant une formation juriste NTIC moi-même, je ne me vois pas vous expliquer tout ça en 2 lignes donc pour ceux qui sont impatients, allez lire l’excellent article de Murielle Cahen sur la protection des idées et pour les autres, je promet de faire un article juridique chiant mais simple sur les protections pour les inventeurs 🙂

Je n’ai pas d’idée de génie mais je veux vendre en ligne

C’est l’exemple du graphiste qui lancerait bien sa ligne de t-shirts, ou du geek qui aimerait avoir son e-commerce de gadgets geeks, bah là aussi vous avez des solutions faciles. Ca fera peut-être pas de vous un millionnaire mais ça peut mettre du beurre dans les épinards ! Pour les créatifs, pensez à tout ce qui existe déjà comme les t-shirts et qui peuvent être vendus pas chers sur des plateformes genre AliBaba et personnalisés par vos soins, sinon y a aussi des outils de création de t-shirts mais c’est toujours pareil faites gaffe à ce qu’on vous demande en échange et surtout à la qualité des produits !

Sinon, vous pouvez aussi penser au dropshipping (c’est quoi c’te bête ?). Eh bien si vous ne créez pas de produit nouveau, vous pouvez toujours vendre ceux des autres en espérant mieux les présenter, mieux communiquer, bref faire mieux que l’original. L’idée du dropshipping c’est que vous pouvez ouvrir une boutique en ligne sans avoir de stock dans votre garage, vous allez vendre les produits d’autres entreprises qui vont se charger de traiter la commande et de livrer au client. Si vous voulez tester pendant une semaine ce truc, allez sur une plateforme de dropshipping comme Ecopresto par exemple (en plus, c’est des Vendéens !!!)

Les 10 geeks les plus riches du monde

  1. Bill Gates, forcément, cofondateur de Microsoft => 49 milliards d’euros
  2. Larry Elison, fondateur de Oracle => 32 milliards d’euros
  3. Jeff Bezos, fondateur et patron d’Amazon => 18 milliards d’euros
  4. Larry Page, cofondateur de Google => 17 milliards d’euros
  5. Sergey Brin, cofondateur de Google => 17 milliards d’euros
  6. Michael Dell, bah patron de Dell lol => 11 milliards d’euros
  7. Steve Ballmer, ancien patron de Microsoft => 11 milliards d’euros
  8. Paul Allen, cofondateur de Microsoft => 11 milliards d’euros
  9. Marck Zuckerberg, fondateur de Facebook => 10 milliards d’euros
  10. Azim Premji, patron du géant logiciel Wipro => 8 milliards d’euros

Chiffres 2013, désolée, j’ai pas trouvé plus récent.

Alors, motivés ???

Si vous connaissez d’autres plateformes, outils, concepts pour aider les inventeurs, n’hésitez pas à les ajouter en commentaires, je les ajouterai à l’article avec plaisir !

 

1 commentaire

  • Déjà, rien qu’avec ça, on aurait un bon petit outil simple de gestion de tâches et d’organisation des idées. Mais là où ça devient intéressant, c’est qu’en cliquant sur une carte, on a accès à beaucoup d’autres informations. La métaphore utilisée est que l’on “retourne” la carte pour y ajouter toutes sortes de choses :

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer